Misère

Tes cheveux gris
Tes mains qui tremblent
Ton insomnie
Tes nuits blanches
Ton foie malade
Ta vue qui baisse
La sérénade de tes malaises

Tes craintes qui s’entassent
Sous le poids des années qui passent
Les rides comme des gouttières
Soulignent tes yeux jaunes clairs

Toi, tes déboires
Tes déceptions, tes revers
Tu dis que le désespoir
Est une boisson au goût amer
À ta mémoire, ils écriront sur la pierre
Il eut une vie sans histoire”
Mais combien solitaire
Misère

Ta routine
Ta boîte à lunch
Ton overtime
Ta carte de punch
Tes souvenirs
Ta peine
Tes regrets
Ta taverne

Pour fuir ton calvaire
Tu passe tes soirées à la fenêtre
Étouffant ton carnet de prières
Priant pour qu’un jour le ciel s’en mêle

Toi, tes déboires
Tes déceptions, tes revers
Tu dis que le désespoir
Est une boisson au goût amer
À ta mémoire, ils écriront sur la pierre
Il eut une vie sans histoire”
Mais combien solitaire
Ô misère

Elle s’est éteinte
La lumière
La partie est jouée
Et tu perds
T’a pu rien à croire
Encore seul ce soir
Misère

Toi, tes déboires
Tes déceptions, tes revers
Tu dis que le désespoir
Est une boisson au goût amer
À ta mémoire, ils écriront sur la pierre
Il eut une vie sans histoire”
Mais combien solitaire
Ô misère, misère, misère, misère