Braises d’été

C’étaient les dernières braises d’été
Ces moments éphémères
Qu’on pourra jamais répéter
Mais comme les vagues
Qui splashent nos faces
Ce n’sont pas tous nos pas
Qui laisseront des traces

Mais c’est ok
J’m’en fais pas
J’laisse les souvenirs
Être mieux
Que ce qui s’passait vraiment là
Mais c’est ok
Que c’est comme ça
Nos cœurs sont rendus tough
Du moins, c’est ce qu’on s’racontera
(Ah, ah, ah, ah)

Sur la côte, à Cap Pelé
Tu f’sais des ricochets
J’m’amusais à les compter
Du loin, les bribes d’une chanson
Disaient que “perdre l’amour
C’comme une porte qui s’ouvre sur une cave où s’cache le vent"

Mais c’est ok
J’m’en fais pas
J’laisse les souvenirs
Être mieux
Que ce qui s’passait vraiment là
Mais c’est ok
Que c’est comme ça
Nos cœurs sont rendus tough
Du moins, c’est ce qu’on s’racontera

Sur le coup, j’ai pris une hache
Ramassé plein de bûches
Pour faire un petit feu de plage
M’ai époumoné comme il faut
Et on voyait bien les flammes aussi loin que Gatineau

(Ah, ah, ah, ah)

Sur la côte, à Cap Pelé
On se r’gardait dans les yeux
Autour d’un p’tit feu épuisé
L’écho de la mer me chuchotait
“Si tu brûles trop vite ton bois
Quand l’hiver vient, il fera frette"

Mais c’est ok
J’m’en fais pas
J’laisse les souvenirs
Être mieux
Que ce qui s’passait vraiment là
Mais c’est ok
Que c’est comme ça
Nos cœurs sont rendus tough
Du moins, c’est ce qu’on s’racontera

Nos cœurs sont rendus tough
Du moins, c’est ce qu’on s’racontera
Nos cœurs sont rendus tough
Du moins, c’est ce qu’on s’racontera, hey!
(Ah, ah, ah, ah, ah, ah, ah, ah)