Le vieux loup de mer

Assis sur le quai, je regarde mon rêve
Le soleil qui se lève
Je suis un vieux loup de mer
Et je n’avais que dix-sept ans, je me suis engagé sur un grand chalutier
De la mer, j’en ai vu

Et j’en ai vu des tempêtes, des vents du large poussés si fort
Sans savoir si on allait y rester
Et j’ai vu la mer se déchaîner
J’ai vu mon frère qui s’est noyé
Sans pouvoir aller le sauver

J’avais toujours voulu faire comme mon père et mon grand-père
Je sentais que j’avais ce métier qui me coulait dans les veines
Me faire bercer par la mer, le chant des goélands
J’étais fin près pour affronter tous les grands vents

Et j’en ai vu des tempêtes, des vents du large poussés si fort
Sans savoir si on allait y rester
Et j’ai vu la mer se déchaîner
J’ai vu mon frère qui s’est noyé
Sans pouvoir aller le sauver

J’ai vu la mer, j’ai vu la mer
J’ai vu la mer, oh oh
J’ai vu la mer se déchaîner

Ouh oh oh...

Trop vieux pour naviguer, trop vieux pour prendre la mer
Monter là-haut, dans les cieux, naviguer pour toujours
Maintenant, quand je vais sur le quai, il n’y a personne d’assis au bout
Que des femmes et des enfants qui disent au revoir aux hommes de pont
La dernière fois que je l’ai vu, le vieux loup de mer, il m’a dit
‘’La mer a été mon meilleur ami, mais aussi le pire’’