L’amour que j’n’ai pas donné

Il m’envahit, m’étouffe, me prend de l’intérieur
Et m’entraîne malgré moi là où je n’voudrais pas
Il m’écorche et me mord
Il me brûle et me tord
Pour qu’jamais je n’l’oublie, il me suit dans mon lit
Et me garde éveillé
L’amour qu’j’n’ai pas donné

Il surgit d’un recoin ou d’une vieille photo
Au détour d’un chemin, d’un wagon de métro
Toujours, il me retrouve, où que j’aille, quoi que j’fasse
Il me poignarde et m’ouvre, me découvre la face
M’oblige à l’regarder
L’amour qu’j’n’ai pas donné

Et c’est souvent la nuit, alors que le silence
Me fait sentir le vide, me fait sentir l’absence
Qu’il m’attrape, m’attaque
Me ramène tout à lui, me ramène tout à lui
M’étouffe et m’envahit
L’amour qu’j’n’ai pas donné

Il m’envahit, m’étouffe, me prend de l’intérieur
Et m’entraîne malgré moi là où je n’voudrais pas
Il m’écorche et me mord
Il me brûle et me tord
Pour qu’jamais je n’l’oublie, il me suit dans mon lit
Et me garde éveillé
L’amour qu’j’n’ai pas donné