Juste un mot de trop

JUSTE UN MOT DE TROP

J’avais eu une dure journée
J’entrais chez moi et j’étais fatigué
Quand j’ai poussé la porte
Quand j’ai poussé la porte

Mon coin et mon journal
Des gestes usés, réflexe machinal
Mais elle, à contre-jour, est apparue et m’a dit:
“Tu pourrais dire bonjour”

Moi, je me disais

Aie! Joe, faudrait pas y aller tout de go
Si tu fais le saut
Juste un mot de trop

Mais j’ai joué au Black Jack
Comme un con, j’ai tiré ma carte
Mes cliques et mes claques
Et la porte qui claque

Elle boudait dans la cuisine
Le nez plongé au fond d’un magazine
Un truc très compliqué
Un genre de test de “compatidébilité”
Quand mes plombs ont pété

J’mords le ver de la pomme
J’mets en usine des mots qui assassinent
Et des phrases qui assomment
Elle, elle m’a dit:
“J’suis pas prête d’oublier, bonhomme”

Tout en me répétant

Aie! Joe, fallait pas y aller tout de go
Quand t’as fait le saut
Juste un mot de trop

Mais j’ai joué au Black Jack
Comme un con, j’ai tiré ma carte
Mes cliques et mes claques
Et la porte qui claque
Et la porte qui claque

Et je sors dans le soir
Juste un mot et me voilà seul
J’arrive pas à y croire
Un mot de trop et c’est le deuil
J’aurais dû fermer ma gueule

Refrain

J’marche sous une pluie d’automne
Le diable rit et l’ange me sermonne
Pendant que j’me raisonne
Pendant que j’me raisonne
Et c’est pas évident

Ça m’arrive, j’sais pas pourquoi
C’est souvent plus fort que moi
Un trou, une ch’ville, une feuille, une ch’nille
Et mes excuses qui s’envolent et s’éparpillent dans le vent

Juste un mot de trop

Bébé, j’sais
Bébé, j’sais
J’sais plus où aller
Ouoh bébé
J’ai fait le tour
J’ai fait le tour, ouais
J’ai fait le tour du bloc

Juste un mot de trop
Juste un mot de trop