Y a plus d’émoi en moi

Y a plus d’émoi en moi
Non on ne m’émeut plus
Ce qui va de soi tu vois
C’est qu’on ne me déçoit plus
Si longtemps j’ai lancé
Des injures aux vautours
J’en suis resté sans cible
Évidé en retour

Les malchanceux de la vie
Trop tôt devenus des loques
Des ti-pits ensevelis
En attendant la puck

Les neiges tombées l’hiver
Au jardin d’Oradour
N’ont rien blanchi calvaire
Des preuves de manque d’amour

Et le sort continue
À déjouer l’ennui
On ira voir les vues
Qui chantent le paradis
Et les matins d’automne
Garderont de nous deux
Les enfants disparus
À l’espoir plein les yeux

Y a plu des mois en moi
Voilà je ne sème plus
Le bleu qui allait là
Un beau jour n’y est plus
À si longtemps longer
Les parcours sans retour
On égare ses amers
Et ses gants de velours

Et le sort continue
À déjouer l’ennui
Et les matins d’automne
Et les plans parapluie
On ira voir les vues
Qui chantent le paradis
On naît du même avis
Et d’espoir si tu veux

Les malchanceux de la vie
Trop tôt devenus des loques
Les ti-pits ensevelis
En attendant la puck

Y a plus d’émoi en moi
Non on ne m’émeut plus
Elle est bien loin ma foi
Celle que j’ai jamais vue

Les neiges tombées l’hiver
Au jardin d’Oradour
N’ont rien blanchi calvaire
Des preuves de manque d’amour

Y a plus d’émoi en moi
Non on ne m’émeut plus
Elle est bien loin cette fois
Celle qui m’a vraiment eu