Toi et moi

Deux étrangers
Se rencontrent sur un train
Quand la soif du hasard
Pousse à changer
L’un et l’autre pareils
Prêts à se mesurer
Au pas
D’éphémères jours d’été
Deux étrangers
Se rencontrent
Et la soif

Toi ou moi c’est pareil
Quand on a vu l’avenir
Sacrifier nos navires
À des gloires cimetières

Toi et moi sans compter
On a abandonné
Les sentiers fabriqués

Toi ou moi en nomades
Sur les quais en vacances
Peu importe les tempêtes
Quand on a mis les voiles

Toi et moi océan
À se gaver géants
De soleil

Deux étrangers
Sans se chercher plus loin
Un sourire un regard
Pour un bal
À oser
Ces tendres à s’accorder
Deux étrangers
Sans se chercher
Un sourire pour un bal
L’un et l’autre pareils
Prêts à se partager
Ces tendres

Toi et moi c’est l’Irlande
Quand les landes sont de brume
Que la brume est patiente
Que l’aube est devant

Toi et moi réunis
Heureux d’être à l’abri
Rien à expliquer

Toi ou moi amoureux
Comme plus personne n’en parle
C’est bon d’aller à deux
Dans un monde qui s’emballe
Toi ou moi en retrait
Rares comme l’harfang des neiges
Qui se déjoue des pièges
Qu’on lui tend

Deux étrangers
Se rencontrent sur un train
Quand la soif du hasard
Pousse à changer
L’un et l’autre pareils
Prêts à se mesurer
Au pas
D’éphémères jours d’été

Deux étrangers
Qui s’évadent
Un sourire un regard
Pour un bal
Quel cadeau
Un sentiment rivé
Au cœur
D’éphémères jours d’été

Deux étrangers
Qui s’évadent
Quand la soif
Pousse à changer
L’un et l’autre pareils
Prêts à se partager
Au pas
D’éphémères jours d’été