Mais que si

Mais que si et comme quand pour
Jusqu’où c’est qu’c’est l’mal d’amour
Depuis l’temps que ben coudon
Plus que jamais l’monde s’en font
Mais que si de pourtant comme
On donne pus rien en personne
Quand qu’on s’vend pour son nombril
Ça raugmente le coût d’la vie

Mais que si et comme quand même
On s’en sac’ toutt des problèmes
Depuis l’temps que ben coudon
Y a pus d’printemps pus d’saisons
Mais que si et pourtant sur
Ça continue pu d’air pur
À fouérer dans son pays
Ça l’engraisse les pots-pourris

Comme le coq en pâte
Le chien des rues
Comme le nerf d’la guerre
Le j’en peux pus
Comme si c’est comme ça
Un fou d’une poche
J’aime ma grosse Germaine
Vive la fin d’semaine
Comme le fast food frett
L’humoriste qui pète
Un sapin d’toilettes
Lancer la serviette
Comme le poêle à gaz
Une ben bonne phrase
Comme ma grosse Germaine
Toutes les fins de semaine

Mais que si et comme quand pour
Jusqu’où c’est qu’c’est l’mal d’amour
Depuis l’temps que ben coudon
Plus que jamais l’monde s’en font
Mais que si de pourtant comme
On donne pus rien en personne
Quand qu’on s’vend pour son nombril
Ça raugmente le coût d’la vie

Comme le gars qui tâte
La chienne de vue
Dérange pas l’affaire des Jean Toucu
Comme si c’est comme ça
Un fou d’une poche
J’aime ma grosse Germaine
Vive la fin d’semaine

J’veux pas d’une place banale
J’veux ma face dans l’journal
J’vois des visages à six heures
Dans l’autobus mal de cœur
C’pas ma job au dépanneur
Qui va m’remplir de bonheur

Alors alors si j’pourrais d’être une vedette
Pour voir pouvoir vivre ma vie d’allumette
Être plus que riche même si y faut que j’triche
Faut que j’prenne ma place faut pas perdre la face
Devant ma chérie
Yak yak que quand qu’on parle pas d’argent qu’elle rit

Mais que si et comme quand pour
Jusqu’où c’est qu’c’est l’mal d’amour
Depuis l’temps que ben coudon
Plus que jamais l’monde s’en font
Mais que si de pourtant comme
On donne pus rien en personne
Quand qu’on s’prend pour son nombril
Ça l’engraisse
Quand qu’on s’vend pour son nombril
Ça l’engraisse les pots-pourris