Les États

Les États swinguent tout en entier
Tant’y a des noirs qui balayent les planchers
L’ami requin se r’garde grossir
Perd sa force dans son sourire

Si les sous étaient à la base de tout
Les barbouillés seraient vus comme des voyous
Que ceux qui sèment se flattent la bédaine
Les noirs ne récolteront que les cennes

Les vacances sur la mer c’est pour les blancs seulement
On voit pas d’noir sur la plage souvent
Le noir travaille tout le temps
Les vacances au mois d’août
C’est pas pour les noirs à bout
On voit pas d’noir sur la plage souvent
Le noir se tanne du blanc

Ils se sont tous bâtis sur les trottoirs
Au fond de taudis dont on dit du mal à voir
L’esclavage au dernier cri
D’un travail au noir interdit

Si un jour ces chers devenaient milliardaires
Ils pourraient vouloir nous faire des misères
Mais pour nous faire des misères noires
Il faudrait qu’ils deviennent milliardaires

Les vacances sur la mer c’est pour les blancs seulement
On voit pas de noir sur la plage souvent
Le noir travaille tout le temps
Les vacances au mois d’août
C’est pas pour les noirs du bout
Peu d’noirs sur les plages à Malibu
Le noir se vit sans le sou

Les États brillent d’un songe ensoleillé
Des millions d’noirs se promènent à pied
C’est vrai c’est pas beau dans une grosse auto
Propre et blanche toute blanche
Les États pleurent ça les touche d’un froid au cœur
De voir un noir assis qui sourit