Le bonheur

Le bonheur a fait sa valise
L’amour a changé de quartier
Dans son décor plombé de nuit
Au petit jour le désamour
Celui qui prend, qui nous jette
Aux disparus que l’on regrette
Les aventures d’enfants d’hier
Les vacances au bord de la mer

Balade au fer de villes exquises
Rengaines des chambres usées
Cent mille étreintes et cœurs flambés
À la recherche des marées
Au nord de l’âme sur les sentiers
Vouloir encore tourner les pages
De pays bleus loin des ombrages
Pleins d’océans de «tu verras»

Le bonheur posera ses valises
De souffles tendres aux reflets d’or
De velours pourpre aux yeux du corps
De rires avant qu’ils ne s’enlisent
Le désamour prendra le large
Le temps ne nous vieillira pas
Ton regard aura toujours l’âge
Des heures à chercher le trésor