Avalanche

Les images se mélangent
Dans la poudre et le sang
La mémoire me démange
La mémoire me démange

C’t’à quelle heure
C’t’à quelle heure
C’t’à quelle heure

Le présent?
Le présent?

J’roule à vide sur l’asphalte
C’est l’histoire de ma vie
Dans la brume écarlate
Mon trésor s’est enfui
Des noms d’villes apparaissent
Et disparaissent aussitôt
Un brouillard de détresse
À couper au couteau
C’tu moé qui recule
Ou la route qui capote?
C’t’une question ridicule
Que le diable m’emporte

J’voulais juste me trouver
Une p’tite place bin au chaud
Pour mon coeur délavé
Comme une aire de repos
Su’l’bord d’la route
J’l’ai r’connue de loin
A brillait comme un doute
Dans la pluie du matin
Le soleil est entré
Par une craque dans mon âme
Le coyote a hurlé
La forêt est en flamme

Y a mon enfance qui griche
Dans la radio du char
C’tu l’passé qui triche?
Ou l’avenir qui est en retard?
Deux mille ans de nuits blanches
À guetter son sourire
Attention, avalanche
Prière de ralentir

On annonce un garage
À la prochaine sortie
Overdose de nuages
Souvenirs assortis
Son visage était triste
Comme une chambre d’hôtel
Quittée à l’improviste
Par l’amour infidèle
J’ai encore sur les mains
Le parfum du désir
La musique de ses seins
Et l’envie d’en mourir

Et encore, mon enfance qui griche
Dans la radio du char
C’tu l’passé qui triche
Ou l’avenir qui est en retard
Deux mille ans de nuits blanches
À guetter son sourire
Attention, avalanche
Prière de ralentir

Au détour de la route
Un village a surgi
St-Joseph-de-la-Déroute
Je m’arrête pour la nuit
J’ai un trou dans valise
J’ai brûlé mes lumières
La serveuse s’appelle Lise
Un sourire d’infirmière
Sous sa blouse trop blanche
Une promesse à tenir
Attention, avalanche
Prière de ralentir