On ne sait plus

On se sait plus s’aimer
Deux corps décalés
Le même poème
Chanté en canon

On ne sait plus s’aimer
Deux cordes de bois
C’est loin d’être assez
Et l’hiver sera long

Et puis y’a des mots épuisés que le silence réveille
Aux p’tites heures du matin de leur hibernation
Ces mots entreposés, le silence s’en souvient
Quand le cœur n’a plus rien pour chauffer la maison

On se sait plus s’aimer
Deux corps endormis
Dans le même grand lit
Le grand canyon

On ne sait plus s’aimer
Et l’écho du non dit
Retentit
Au mégaphone

Et puis y’a des mots épuisés, un silence sabotage
Et dans l’œil de l’orage tout tourbillonne
Ces mots égorgés, le silence les soulage
Et la fin du voyage c’est quand on abandonne

Y’a des mots épuisés, un silence qui détonne
Y’a des lumières qui flashent et y’a des cloches qui sonnent
Ces mots désolés, le silence leur pardonne
Et la fin du voyage c’est quand on abandonne

On ne sait plus s’aimer
On ne sait plus