Finalement

j’ai compté les heures
que tu as mis dans les airs
car j’aimerais qu’elles ne descendent
plus jamais
et j’ai brûlé tes champs
dans ma tête hier soir
car je ne veux plus jamais
de tes misères d’enfants
et j’ai regardé dans l’eau
pour voir si tu avais tombé
et j’aurai pris le temps
pour rien finalement
pour rien finalement...