Deux planètes

J’ai en mémoire, à l’horizon
Un objet si rond qu’on pourrait le saisir
Les pieds dormants au bout du quai
Nos images troublées par le courant des choses
Dis-moi

Les satellites en orbite
Tournent le dos à l’espace
Pour naturaliser l’instantané et l’oubli
Une chaise musicale à la cadence du banal

Dis-moi
Que toi
Et moi
Ça n’arrivera pas

Une silhouette sur le clavier
Ronronne comme une horloge qui a connu la guerre
Et qui sait rassurer
Les âmes qui espèrent survivre au temporaire

Dis-moi
Que toi
Et moi
Ça n’arrivera pas

Nos incartades sont teintées par la colère
Ce soir, l’eau et la plage s’en vont en guerre
Pourtant, les coquillages servent avant tout
À cacher la misère

Ton corps tout près du mien dans le silence
Quand tu regardes le ciel, à quoi tu penses?
Entends-tu le signal des météores
Abîmés dans le soir?

Mon cœur, mon cœur est gros comme Jupiter
Mais les planètes ne font pas la lumière

Dis-moi
Que toi
Et moi
Ça n’arrivera pas

Et toi
Et moi
Encore
Une dernière fois