De l’autre côté des montagnes

Le vertige des falaises
Et le vent qui redresse les arbres
Les voltiges qui allègent
Et le temps qui dépose les armes

De l’autre côté des montagnes

Que m’attire le ventre de la mer
Me renverse la paume de ses vagues
Que m’attise le feu de la braise
Dans le lit de la nuit la plus froide

De l’autre côté des montagnes
De l’autre côté des montagnes
De l’autre côté des montagnes

Oh...

Des valises qui apaisent
On y range des coins du paysage
Les assises des chaises
Sont des planches, des voiles et des cordages

De l’autre côté des montagnes
De l’autre côté des montagnes
De l’autre côté des montagnes, des montagnes