Nuits arabes

C’est long comme mille et une nuits arabes
à flyer su’ mon chameau
le turban tombé su’ mes yeux.

Je m’en vas chercher de l’eau, de l’eau
d’un siau percé pour arroser
les pépites de ton coeur, de ton coeur.