Nouveau monde

Quand le soleil de chaque jour
Qui s’entête à couvrir de chance
Ce qu’il reste de nos amours
Contre toute espérance
Dans le moindre rire d’enfant
Dans le moindre chant qui réponde
Aux rêves fous de nos vingt ans
J’entends monter un monde

Un monde sans barrières
Sans armes ni frontières
Les villes prisonnières
D’amour

Par les mots gravés sur les murs
De toutes les prisons des hommes
Par les fleurs des chemins obscurs
Qui ne vont pas à Rome
Par les horizons barbelés
Et par la dernière seconde
De tous ceux qu’on fit s’en aller
J’entends gronder un monde

Un monde sans barrières
Sans armes ni frontières
Les villes prisonnières
D’amour

On me dit que ces mots sont beaux
Mais qu’on ne croit pas aux chimères
Que l’avenir est aux robots
Qu’il n’est plus rien à faire
Pardonnez-moi si j’aime mieux
Croire que ces beaux enfants qui frondent
Auront le temps de devenir vieux
Et de bâtir un monde

Un monde sans barrières
Sans armes ni frontières
Les villes prisonnières
D’amour