Notre fille

Elle arrive sans souliers
Comme un rêve familier
Qu’on faisait sans se le dire
Au tournant de l’escalier

Elle apporte le matin
Dans ses yeux comme un jardin
Un étang vert où se mire
Quelque soleil incertain

Elle apporte le printemps
C’est un mois de mai chantant
Et je ne saurais écrire
L’or d’un seul de ses sourires

Elle arrive et tout à coup
Il s’est posé parmi nous
Tant de bonheur qu’à le dire
On se mettrait à genoux

Quand elle rit tout est beau
Il s’envole des oiseaux
Il n’est plus de porte close
Il se passe des ruisseaux

Pleure-t-elle tout est gris
Mais c’est bien vite fini
La pluie passe et sur les roses
Un soleil nouveau fleurit

Quand elle s’endort sur moi
Il n’y a pas de mot je crois
Pour nommer si belle chose
Et pardonnez-moi si j’ose

Presque l’aimer en amant
Mais elle n’a que deux ans
Elle est là qui nous compose
Notre fille notre enfant