Ne coupe pas le mûrier

C’est un paysage toujours étonné
Que les condos l’aient pas bouffé
Y a le p’tit village toujours accroché
Entre la mer et l’été
Et puis y a l’mûrier sauvage
Qui sert de café du coin
À tous les oiseaux d’passage
Y en a qui viennent de très loin

REFRAIN
Non, ne coupe pas le mûrier
Le paysage
À jamais serait amputé
Non, ne coupe pas le mûrier
Ce serait dommage
Qu’on refasse plus chaque été l’voyage
Non, ne coupe pas le mûrier
Ne coupe pas le mûrier

C’est un bout d’espace encore épargné
Un horizon oublié là
Tant pis si les fruits souillent le plancher
De la petite véranda
Mais sans le mûrier, personne
N’entendrait l’oiseau moqueur
Imiter le téléphone
Tous les matins à cinq heures

REFRAIN