Je descends à la mer

Les faisceaux des phares tracent
Des fantômes qui s’effacent
À mesure que l’ombre les reprend
Et je roule dans la nuit
Sur des routes où rien ne luit
Que la ligne blanche de temps en temps
Les clochers du Nouveau Monde
Flashent dans la nuit profonde
Néons géants de Shell ou de McDo
Un douanier de série B
Me fait signe de stopper
Where do you live and where do you go?

Je descends à la mer où m’attend une femme
Je descends à la mer où mon amour m’attend

Je n’ai rien laissé derrière
Qu’une prison familière
Dont j’étais moi-même le geôlier
Que des barreaux que j’avais
Tracés moi-même à la craie
Quand je n’étais encore qu’un écolier
Que des fudges et des cantiques
Des Messerschmitt en plastique
Des framboises et des baigneuses nues
Des dessins pleins de secrets
Des silences et le regret
D’une enfance à peine entraperçue

Je descends à la mer où m’attend une femme
Je descends à la mer où mon amour m’attend

Elle m’attend dans la brume
De la plage qui s’enfume
Dès qu’elle sort saluer le matin
Elle m’attend en plein cœur
Du chœur des oiseaux moqueurs
Entre l’instant où la nuit s’éteint
Et celui où l’aube arrose
Son corps de cuivre et de rose
C’est là qu’elle habite exactement
Entre toujours et jamais
Entre hier et désormais
Là qu’on a rendez-vous maintenant

Je descends à la mer où m’attend une femme
Je descends à la mer où mon amour m’attend
Où mon amour m’attend