Viens que je te griffe

Viens que j’te griffe

J’en ai marre de te voir,
de te sentir mon coeur,
mon tambour
Et l’alcool qui me colle à la peau,
à la semelle.
Tous les jours.

Dans l’écho de l’Esco
C’en est trop.
J’en ai marre,
je te quitte pour toujours.

Ma colère, mon amour
Escobar je te griffe,
tu deviens lourd.

Mais moi, j’ai peur de moi.
J’ai peur de vous,
de ce que vous avez fait de moi.
Mais toi, relève la tête.
Regarde-moi mourir en toi
un peu plus chaque jour.
Et les miettes de nous s’éparpillent dans la ville,
Je nous vois partout.
Pas de censure, pas de dentelle.
Des désirs sans monture
J’ai envie de nous.

Plus le droit de te parler, de converser,
d’afficher mes humeurs.
C’en est fait, je me tais
à jamais. Je me tais