L’échec de l’Odéon

L’Échec de l’Odéon

J’ai pas trop bu
Regarde au loin
J’ai tenté de boire
L’océan du début à la fin

Pour enfin pouvoir
Traverser enfin
Montréal-Paris
À la marche ou sur les mains

Et la lune qui me parle
De soleil d’avant moi
Vipères gare à vous
Vous ne savez rien de nous

En apesanteur
Sans peser les heures
C’est toujours le même toit
Qui nous retient

C’est toujours pareil
Là-bas ou ici
Le mal qui gît
Ne se lassera pas
J’ai purgé mon sang
Mais la famille est là

Prête à me cirer les dents
Dans le firmament maman

Et puis nos carences
Qui se ressemblent follement
Tu me diras noir dis-moi noir
dis-moi noir
Je dirai blanc

C’est la bonne nouvelle
Le soleil d’avant
Le soleil de mes nuits
Qui ne veut plus rien dire maintenant

C’est toujours pareil
Là-bas ou ici
Le mal qui gît
Ne se lassera pas
J’ai purgé mon sang
Mais l’infamie est là
Prête à me cirer les dents
Dans le firmament maman