La honte

La honte

J’ai marché pendant des jours
Dans un désert de papier
Où la sagesse et l’amour cohabitaient
Alors je m’y suis déposé

Faire un feu avec de l’or
Mettre à mort la douceur
Et danser sur des histoires qui ne
durent qu’un soir
Pour être bien sûr d’exister

J’ai balancé pendant des jours
Écourté mes nuits entières
Pour les beautés les moins jolies
de Montréal
Fait du beau avec du noir
Et crié très fort dans des bars
Pour joindre le sublime
Au banal

Apprendre à flirter avec le mal
Le danger a toujours meilleur goût
Se parler sans veste pare-balles
Nos mensonges auront eu raison
de nous
Avoir des fourmis dans les yeux

Un soleil, une lumière qu’on ne
rencontre qu’une fois
Avoir d’la poudre, mais pas
qu’aux yeux
Pour me sauver pour de bon
cette fois

J’ai balancé pendant des jours
Écourté mes nuits entières
Pour les beautés les moins jolies
de Montréal
Fait du beau avec du noir
Et crié très fort dans des bars
Pour joindre le sublime
Au banal