Encore

Encore
Elle est née entre l’été et l’automne
Prison de moeurs et des amours téléphone
Et puis elle joue et puis me déjoue
Et à son jeu j’ai tout perdu
Mais moi je m’en fous car sous sa robe se cache une issue
Alors je prendrai mon temps
Encore du temps
Je regarderai dehors
Voir si ça se peut encore
Passer sa vie à se courber le dos dans les jardins de nos ébats
Y’a un secret, en fait le tien, auquel tu tiens bien plus que moi
Et tes amants qui par milliers viennent déterrer ce que j’ai trouvé
Allez creuser, allez crever dans les sentiers de sa beauté