Des mots d’amour

C’est pourtant vrai qu’on s’est aimés
C’est vrai, on s’en ai pas parlé
J’aurais trouvé ça trop gênant
De dire je t’aime de ton vivant
J’aurais eu peur que tu ris d’moé

Ou qu’tu m’dises: «Ben ça paraît pas!»
C’est des affaires qui s’disaient pas
Quand tu vivais, quand t’étais là

Des mots d’amour on s’en est dit
Sans jamais les avoir compris
Mais depuis c’temps là j’y r’pense souvent
Y m’semble qu’aujourd’hui j’les comprends

«T’as pas eu ton augmentation?»
C’tait pour m’dire qu’tu m’trouvais trop bon
«T’arrives donc tard de travailler!»
C’est p’t-être que tu t’étais ennuyée
«J’te dis qu’le p’tit y’est ben comme toi
Y’est tannant, y m’énarve des fois!»
C’est jusse parce que tu t’inquiétais
Donc que dans l’fond, tu nous aimais
J’ai mal compris tes mots d’amour
J’ai ben mal compris comme toujours

Oui, c’est ben vrai qu’on s’est aimés
C’est vrai qu’on s’en ai pas parlé
J’aurais trouvé ça trop gênant
De dire je t’aime de ton vivant
Des mots d’amour, on s’en est dit
Sans jamais les avoir compris
On s’est aimés sans bruit
On s’est aimés d’ennui