Big Baboon

Au cœur de l’Afrique Centrale
C’est la débandade totale
La loi de la jungle
Est entre les mains
D’un gros méchant babouin

Toujours en beau costard
Signé Léo Pard
Il n’est jamais en retard
Il roule en Jaguar
C’est un King Kong star
Et il fume des cigares
De la Havane

Il possède presque tout
Ce qui l’intéresse surtout
C’est la monnaie de singe
Car ici dans la jungle
On paye en bananes
Il dirige d’en haut
La mafia des animaux

Le maître incontesté
De ces lieux tropicaux
Où règnent le jeu et le mambo
Les cocktails
Et les guenons-à-gogo

C’est le plus jet-set
Des primates de la terre
Pour s’envoyer en l’air
Il a même un jumbo-jet jaune banane

Il entasse tous ses
Beaux fruits jaunes
Au fond d’une caverne secrète
Bien gardée par ses amazones
C’est un gros babouin proxénète
Ça sent l’embargo dans la faune
Serait-ce la fin de l’espèce
Un singe est sur le trône
Et c’est le chaos sur la planète

Propriétaire du Matacum Bar
Le plus grand palace de la place
Big Baboon se doit d’avoir deux goons
Bouda et Monkey-Ass

Deux grands gorilles
De la basse ville
Assignés au contrôle
De la qualité de son casino
Mais qui laissent entrer les
Chimpanzés et les macaques paumés
Pour une poignée de bananes

Il entasse tous ses
Beaux fruits jaunes
Au fond d’une caverne secrète
Bien gardée par ses amazones
C’est un gros babouin proxénète
Ça sent l’embargo dans la faune
Serait-ce la fin de l’espèce
Un singe est sur le trône
Et c’est le chaos sur la planète

Ce soir au Matacum Bar
C’est la Big Bamboula
Toutes les singeries sont permises

On est sûr d’y perdre sa chemise
Les ouistitis barman
Vous saoulent au jus de bananes

Venant de perdre la face
Devant un croupier
Un de ces salauds
D’orang-dégoutant s’est énervé
Il s’est mis à tout casser
Dans le chic établissement
Il avait misé toutes ses bananes

Bouba et Monkey-Ass
Voulaient intervenir
Mais le grand patron
De leur en interdire
Il se chargea lui-même
De l’animal qui suffoqua
En avalant sa propre banane