Ça sent l’brûlé

On m’appelle:
Bête de scène, erreur de gêne
Dites-le moi vite quelqu’un
Si ça vous cause un problème
Un bum, un surhomme, Joe Maximum
Robin fusée, moi quand j’y vais
J’mets toute la gomme
Petit frais chié d’handicapé
Chanteur de pomme
Je suis un rapace plutôt rusé
J’ai pas de casier, peu de vie privée
On me dit tout le temps, tout le temps
Tout le temps
«Heille, j’t’ai vu à TV

Ça sent l’brûlé! Yeah! Yeah!

On m’appelle:
Beau fucké, humain manqué
Unique, sarcastique, facile à repérer
J’suis de nature plutôt loufoque
Le prince du rock qui vit
À la mauvaise époque
Phénomène, capitaine, Rock N’ Roll Man
Dites vous que je suis peut-être
Le cobaye d’une race para-humaine
Mes fans envahissent
Mon site web à chaque semaine
Ma boîte vocale est tout le temps
Tout le temps, tout le temps
Tout le temps pleine

Ça sent l’brûlé! Yeah! Yeah!

On m’appelle:
Manche de pelle, le père Noël
Sushi-lover, heart-breaker
Pantagruel
Le roi de la vermine
L’ami des trippeux
Où ça le party?
J’suis là en moins de deux
J’sais pas rouler mais
J’ai toujours du papier
Pour écrire du papier
Ça aide à rester allumé
J’pense à tout mais c’est curieux
Pourquoi j’oublie tout le temps
Tout le temps, tout le temps mon feu

Ça sent l’brûlé! Yeah! Yeah!

J’me déplace à cloche-pied
Les deux doigts dans le nez
En béquille, en famille
En moto modifiée
Inteviewé par des fêlés
Qui croient que je détiens
L’ultime vérité
Un riff de basse, une passe de drum
Pour inventer une toune
Pas besoin d’être médium
J’suis un musicien, un voleur de blonde
J’m’entends tout le temps
Tout le temps, tout le temps
Tout le temps sur les ondes

Ça sent l’brûlé! Yeah! Yeah!
Ça sent l’brûlé!

On dit que je suis:
Surexposé, mal amanché
Un dégénéré, Woh! faudrait
Quand même pas exagérer
L’anonymat, moi j’connais pas
Avant de m’embarquer, j’aurais
Peut-être dû penser à ça
Que je joue les durs
Que je prenne mon air bête
Les gens sont toujours très
fiers de me reconnaître
J’ai beau m’effacer
Me déguiser, me cacher
On veut tout le temps
Tout le temps, tout le temps
Tout le temps me parler

On me traite de:
Preacher, de peddler
Rocker officiel
C’est vrai que je chante fort
C’est une question de décibels
Ça m’arrive de penser
Que la vie est un peu chienne
Mais j’suis pas défaitiste
J’essaye même d’être au-dessus
De la moyenne. On voudrait
M’exploiter de tous les côtés
Assécher ma réserve
D’amour et de liberté
Des fois y’a plus de jus
Dans mon citron
Mais j’vais tout le temps
Tout le temps, tout le temps
Tout le temps trouver ça bon