La fin à petit feu

Je n’ai pas arrêté de voir ailleurs comme un terrain miné
Mes jours à flotter derrière toi sont comptés
Et songer aux instants rompus, est-ce s’avouer qu’ils sont trop présents?
Le vent ne transportera plus tous ces moments

Non, non, non, non, non, non, non, non
C’est à ne pas savoir comment s’y prendre
Non, non, non, non, non, non, non, non

Si je pars à petit feu, c’est qu’aller trop vite me fait peur
Si je pas à petit feu, c’est pour éviter les erreurs, si je pars à petit feu

La fin c’est une longue entente, plus on y songe, plus elle est fébrile
La certitude c’est une conne qui se défile
Je n’ai pas arrêté de croire qu’ailleurs ce ne sera pas comme ici
Les sois à traîner derrière toi sont écrits

Je ne sais pas lire entre les lignes
Je ne sais pas lire entre les lignes

Non, non, non, non, non, non, non, non
C’est à ne plus savoir
Comment s’y prendre

Si je pars à petit feu, c’est qu’aller trop vite me fait peur
Si je pars à petit feu, c’est pour éviter les erreurs, si je pars à petit feu
Si je pars à petit feu, c’est qu’aller trop vite me fait peur
Si je pars à petit feu

Dans le fond je ne suis qu’un vrai peureux
Qui part, qui disparait à petit feu
Dans le fond je ne suis qu’un vrai peureux
Qui fuit, qui disparaît à petit feu
Pour autant rien de tout cela n’est fini
Même si

Je pars à petit feu
Parce qu’aller trop vite me fait peur
Si je pars à petit feu
C’est pour éviter les erreurs
Si je pars à petit feu
C’est qu’aller trop vite me fait peur
Si je pars à petit feu
C’est pour éviter les erreurs

Dans le fond je ne suis qu’un vrai peureux
Mais je ne serai plus dupe en vain
Dans le fond je ne suis qu’un vrai peureux, mais je ne serai plus dupe en vain

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.