Au bout du chemin

Lors des jours ensoleillés grand-mère s’assoyait sur un banc
À restait là à observer guettant un œil sur les enfants
Fallait qu’à veille à bien nous voir se chamailler dans l’herbe à poux
On discutait du territoire en jouant à tag barbecue
Pis y’a l’époque des cauchemars qui arrive du jour au lendemain
J’avais idée que dans l’ placard vivaient des mutants clandestins
J’entendais craquer les portes d’armoires des branches frottaient contre le balcon
Quand toutes mes peurs vêtues de noir brisaient le silence de la maison

C’est drôle y’a encore une partie de moé qui rêve de s’asseoir en indien
Le temps de choisir un métier vétérinaire ou bon à rien
Le temps perdu n’reviendra plus il reste seulement celui qui vient
Au bout du chemin au bout du chemin

Imaginez quatre ans plus tard j’ai mis de côté mes vieux legos
J’quêtais des lifts le samedi soir afin d’aller danser un slow
Des fois je m’revois faire mes devoirs dans mon cahier méli-mélo
Souvent j’prenais un peu de retard parce que je niaisais entre deux travaux
Et puis c’est au tour de d’autres que nous de jouer à bouteille dans la cave
Pis se ramasser le bord des joues avec un maudit cerne de bave
Les jeunes d’en haut en sont venus qu’à se faire appeler le parc du nord
J’ai quitté mon p’tit coin perdu pour pouvoir vivre de ma guitare

C’est drôle y’a encore une partie de moé qui rêve de s’asseoir en indien
Le temps de choisir un métier vétérinaire ou bon à rien
Le temps perdu n’reviendra plus il reste seulement celui qui vient
Au bout du chemin

C’est drôle y’a encore une partie de moé qui rêve de s’asseoir en indien
Le temps de choisir un métier vétérinaire ou bon à rien
Le temps perdu n’reviendra plus il reste seulement celui qui vient
Au bout du chemin au bout du chemin

Par un jour ensoleillé grand mère s’est éteinte dans son lit
Je vais toujours m’en rappeler ça c’est passé un jeudi
Son corps repose au cimetière elle brille au travers les feux follets
Laissant ainsi mon grand père l’homme qui est resté à son chevet

C’est drôle y’a encore une partie de moé qui rêve de s’asseoir en indien
Le temps a finalement passé puis j’suis devenu, ah j’suis devenu, un musicien