Mariages d’oiseaux

Mon doigt trace la trajectoire
D’un mariage d’oiseaux athées
Félici… félici… félicitations
Le premier divorce s’est annoncé
Contre le carreau d’une fenêtre gelée

J’ai cueilli un jonc par terre
Et quelques plumes au travers
Il est trop… il est trop… il est trop petit pour moi
Peut-être que pour toi, ce serait joli
Au bout de ton doigt et de ton cœur aussi

Tu étais marchand de cigarettes
J’te ferai un nid en allumettes
C’est pour cette raison que votre bec en jaune
Vous fumez le smog à tour de rôle

Tu saignes du bec à mes genoux
T’as traversé les garde-fous
T’as les pattes pleines d’ampoules
Éclaire-moi qu’j’te débarbouille

Parce que l’écho de tes rires est aérien
Je sens que les cris ne sont pas bien loin
Je vois ta rouge gorge qui implose
De n’avoir pas pu lancer ton bouquet de roses

Ta carcasse est mise à nu
Dans la cuisine où nous nous sommes connus
Toi, plongeant vers moi, moi, plongeant vers toi
Soufflant sur des plaies qui ne guérissent pas