La valse perdue

le temps vient d’arrêter la nuit
la lune est cachée sous mon lit
et les sirènes ne crient même plus
pendant que le coupable court vers l’appétit sans faim de l’amour
et les étoiles n’y sont pour rien
elles vont danser jusqu’au matin
la valse qui ne s’enseigne plus
depuis que les loups rôdent autour
avec l’appétit sans faim de l’amour
je cherche une fenêtre éclairée
dans la noirceur d’un ciel d’été
mais ses lumières ne brillent plus
depuis qu’elle se sauve pour toujours
de l’appétit sans faim de l’amour
j’ai voulu me fondre dans sa vie
j’ai cru qu’elle le voulait aussi
mais ses yeux ne me voyaient plus
même quand je lui faisais la cour
avec l’appétit sans faim de l’amour
j’ai attendu qu’elle me revienne
mais elle a eu peur de ma peine
l’envie folle qu’on ne ressent plus
et qui revient par l’arrière cour
comme l’appétit sans faim de l’amour
j’ai payé le prix pour apprendre
qu’on peut perdre la guerre sans se rendre
et je ne me reconnais plus
depuis que je passe mes jours
sans l’appétit sans faim de l’amour

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.