Les colombes

On s’voyait qu’une fois la semaine
Cela passait si vite que bientôt
On multipliait les rendez-vous
Au ciné, coin des rues

Quand j’te disais “je t’emmène"
À chaque fois, tout était nouveau
Dans la chambre, on vivait loin de tout
Et les heures ne passaient plus

Pendant que les colombes
De la rue des Sèves
Se faisaient comme une ronde
Autour de nos rêves

Et puis, quand on s’éveillait
J’te disais des histoires insensées
Qui te faisaient rire et en partant
On se disait “à bientôt"

Si deux jours nous séparaient
C’était long comme une éternité
Aussi, nous avons pensé souvent
Que l’autre avait disparu pendant
Que les colombes de la rue des Sèves
Se faisaient comme une ronde
Autour de nos rêves

Peu à peu, moi, j’ai changé
J’n’ai jamais su pour quoi ni pour qui
Était-ce une folie, je n’en sais rien
Mais je sais que j’y perdais

Y avait rien à espérer
Tout prenait la couleur de l’ennui
C’était comme si, au fond des mains
La fleur d’amour se fanait

Et dire que les colombes
De la rue des Sèves
Se faisaient comme une ronde
Autour de nos rêves

Cinq ans ont passé depuis
Et si tu m’revoyais parfois
Tu me verrais la tête penchée
L’oeil et le geste lointains

Et sur le mur de mes nuits
Se dessine une ombre quelquefois
Qui est celle de t’avoir blessée
Sans que je n’y puisse rien

Titres les plus consultés