D’où je viens

Tu ne sais pas combien de paysages, mon regard dépassé
Ni combien de passants sans visage, j’ai pu rencontrer
Moi je ne suis qu’une âme sans âge, nulle part où m’arrêter,
J’ai déserté toutes les cages, où j’étais enfermé

Je préfère le soleil, le silence des étoiles, le sourire de l’arc-en-ciel, le vent dans mes voiles
Je préfère le bleu du ciel, le silence qui nous rejoint, ton sourire qui me rappelle
l’infini d’où je viens

Aujourd’hui, je me sens bien entre les murs, où fleurit ta maison
Et peut-être que demain d’autres murmures, viendront des horizons
Alors je rêverai d’aventures, d’autres pays cachés
Un paradis à ma mesure, où je te retrouverai

Je préfère le bleu du ciel, le silence qui nous rejoint, ton sourire qui me rappelle, l’infini d’où je viens