Brume de ta bouche

Celui qui a voulu voir le bout de sa vie
Celui qui a connu la chaleur de ton lit
Celui qui a touché le ciel de tes cheveux
Ne sait plus oublier même en fermant les yeux
Apres avoir été le plus grand, le plus fort
Celui qui t’a aimé peut-t’il aimer encore?

Que les morveux se mouchent
Que les autres se touchent
Les brumes de ta bouche
Seront toujours mouillées
Que le diable et sa fourche
À l’ombre se couchent
Dans les brumes de ta bouche
Je me suis réveillé
Je me suis réveillé

Celui qui a mangé de ton fruit défendu
Ne veut plus partager son paradis perdu
Tous ceux qui ont vécu tout nus sur tes rivages
Ne sont pas revenus de leur dernier voyage
Celui qui a dormi une nuit sur tes plages
Aura toujours envie de l’eau de ton coquillage

Que les morveux se mouchent
Que les autres se touchent
Les brumes de ta bouche
Seront toujours mouillées
Que le diable et sa fourche
À l’ombre se couchent
Dans les brumes de ta bouche
Je me suis réveillé

Tous ceux qui ont gouté le champagne de ton corps
N’ont jamais dessoûlé
Tous ceux qui ont nagé vers ton île aux trésors
Se sont noyés

Que les morveux se mouchent
Que les autres se touchent
Les brumes de ta bouche
Seront toujours mouillées
Que le diable et sa fourche
À l’ombre se couchent
Dans les brumes de ta bouche
Je me suis réveillé

Que les morveux se mouchent
Que les autres se touchent
Les brumes de ta bouche
Seront toujours mouillées
Que le diable et sa fourche
À l’ombre se couchent
Dans les brumes de ta bouche
Je me suis réveillé
Je me suis réveillé
Je me suis réveillé
Je me suis réveillé