Terre à terre

Une brise de souvenirs entre les plumes
J’avance sur le vent d’une page qui tourne
Effleurant de mémoire les chemins de ta peau
Respirant l’air qui s’était reposé contre toi
Ne plus jamais expirer pour pouvoir te garder
Mais tomber terre-à-terre aux quatre coins de moi
Ne plus jamais oublier pour pouvoir te garder
Mais tomber terre-à-terre au plus profond de moi

Remonter à dos de petite cuillère
Dans un printemps qui me pousse à fleur de peau
Et ton air à contre-courant capté dans la paume de mes mains
Cherche toujours à s’échapper, et bien tu n’as qu’à t’en aller
Que je tombe terre-à-terre aux quatre coins de moi
Et enfin me refaire sans toi
Que je tombe terre-à-terre aux quatre coins de moi
Et enfin me refaire sans toi
Que je tombe terre-à-terre aux quatre coins de moi
Et enfin me refaire sans toi