Sur la tête

Je me demande bien comment vous faites pour marcher
Avoir une tête si grosse me ferait sûrement tomber
Mais vous, vous la portez si haute que vous pouvez vous appuyer sur la tête
Des autres pour pouvoir avancer

Les jours passent et se défilent sans même que vous en goûtiez la saveur
Que vous puissiez le sentir
Non, la vie, c’est pas trop facile et, si vous ne souriez jamais, alors c’est pire
Les gens autour sont fébriles, mais vous ne réussissez pas à humer l’odeur
De ce qui fait frémir
Vous prendre au sérieux est futile, si vous voulez goûter au bonheur
Alors on respire

Je me demande bien comment vous faites pour marcher
Avoir une tête si grosse me ferait sûrement tomber
Mais vous, vous la portez si haute que vous pouvez vous appuyer sur la tête
Des autres pour pouvoir avancer

Ouhouhouhou

Les jours passent et se défilent sans même que vous en goûtiez la saveur,
que vous puissiez sentir
Non, la vie, c’est pas trop facile et, si vous ne souriez jamais, alors c’est pire
Les gens autour sont fébriles, mais vous ne réussissez pas à humer
L’odeur de ce qui fait frémir
Vous prendre au sérieux est futile, si vous voulez goûter au bonheur
Alors on respire

Je me demande bien comment vous faites pour marcher
Avoir une tête si grosse me ferait sûrement tomber
Mais vous, vous la portez si haute que vous pouvez vous appuyer sur la tête
Des autres pour pouvoir avancer

Je me demande bien comment vous faites pour marcher
Avoir une tête si grosse me ferait exploser
Mais vous, vous prenez un grand plaisir à vous étaler de votre estime obèse
Pour pouvoir avancer