L’exil

Qui ne veut pas quand il peut
Ne peut plus quand il veut
On a la chance qu’on se fait
Garde les yeux sur le jeu
Qui ne veut pas quand il peut
Ne peut plus quand il veut
On a la chance qu’on se fait
Garde les yeux sur le jeu

Si la mer est claire
Que les vents sont favorables
Pourquoi rester sur la rive
Les pieds plantés dans le sable

C’est quand la tempête arrive
Que l’on trouve d’autant plus regrettable
D’être prisonnier sur son île
Dans des conditions exécrables

L’opportunité est denrée rare
Au pays de l’envie
Si la chance dîne à ta table
Tu la salues et souris

Regrets ou remords
Le temps du possible est petit
Faut saisir l’espoir au passage
S’il se présente dans ta vie

Avec le rêve en boîte
Beaucoup se rassasient
Une perversion personnelle
Voir à travers les yeux d’autrui

Le paresseux paresse
L’imaginaire qu’il caresse
Tue toute possibilité
Ce avant même qu’elle ne naisse

Et il se laisse
Bercer par sa dérive
Blâme la collectivité
Pour les malheurs qui lui arrivent

Immobile il reste
Qu’est-ce qui te paralyse
L’indécis s’auto-décime
S’il ne se décide il se brise

Entrez des paroles!

La Boîte aux paroles compte sur les utilisateurs comme vous pour enrichir sa banque de données! Si vous connaissez les paroles des chansons de la liste ci-dessous, ou de tout autre chanson interprétée par Kodiak, faites-en profiter la communauté en les retranscrivant.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.