Pour toi

Dans le désordre des années
Des nuits complètes à essuyer
Ces bancs de blanc
Ces grands vents de fumée
Qui, au matin, se cachent
Sous ton lit de glace
Jusqu’à ce que tu reviennes
Qui, au matin, se cachent
Sous ton lit de glace
Jusqu’à ce que tu reviennes

Pour moi, c’est très lourd à porter
Le silence que tu laisses s’installer
J’en sens le poids, je l’entends penser
Hmm, au fond, semblable à toi
Toi et tes états d’âme
Jamais de demi-mesure
Jamais de moitié
Hmm, au fond, semblable à toi
Toi et tes états d’âme
Pas de moitié

Pour toi, j’me serais fait couper les deux bras
Mais la douleur, très peu pour moi
J’t’aurais donné la lune
Mais elle ne m’appartenait pas
J’t’aurais donné ma vie
Une seconde avant ma mort
Pour te donner l’désir
De vivre plus fort, oh oh oh oh

Avec toi, j’pourrais retourner
Là où le sol s’est effondré
À deux, revoir ce qui s’est passé
Mais si tu laissais tomber
Quelques-unes de tes armes
Je n’te laisserais jamais les ramasser
Mais si tu laissais tomber
Quelques-unes de tes larmes
Grand bien j’te f’rai

Pour toi, j’me serais fait couper les deux bras
Mais la douleur, très peu pour moi
J’t’aurais donné la lune
Mais elle ne m’appartenait pas
J’t’aurais donné ma vie
Une seconde avant ma mort
Pour te donner l’désir
De vivre plus fort, oh oh oh oh

Pour toi, j’me serais fait couper les deux bras
Mais la douleur, très peu pour moi
J’t’aurais donné la lune
Mais elle ne m’appartenait pas
J’t’aurais donné ma vie
Une seconde avant ma mort
Pour te donner l’désir
De vivre plus fort, oh ouh oh, oh ouh oh

J’me serais fait couper les deux bras
J’t’aurais donné la lune
Mais elle ne m’appartenait pas
J’t’aurais donné ma vie
Une seconde avant ma mort
Pour te donner l’désir
De vivre plus fort, oh ouh oh, oh ouh oh

Dans le désordre des années