#Womenagainstfeminismc’estdelamerde

L’Autre se lève partout sous une réalité voilée
Faut être aveugle pour ne pas l’avoir constaté
On la peint de rose
Use de son corps comme Objet d’affirmation
Les livres se ferment, les comptes sont nuls
Au bonheur de tous les Cons.

Mais quelle absurdité que de parler d’égalité
Alors que le système en entier ne fait que stigmatiser
J’ai beau me convaincre de certains aspects du biologisme le plus creux
J’en conclus tout de même qu’il faut être con pour croire
Que c’est dans la nature des femmes d’aimer le linge et les hommes les chars
J’entrouvre ma télé pour m’écrier: «il faut être fou pour ne pas voir que ce monde est géré par des hommes!»

Tous pensent: Mais qui suis-je pour juger?
Pour remettre en question.
Un système en entier?
Mais qui suis-je pour comprendre
Les annonces qui nous vendent
Un système en entier?
Mais quel cynisme, quelle conspiration
Amènent l’Autre à s’accomplir dans
Un système en entier?
Des minis miss, à la pilosité calculée au poil près
Nos rôles respectifs assumés
Le capital devra une nuit ou l’autre tomber

Si je ne me noyais pas tous les jours
Dans mes propres calls machistes
Dans ma pauvreté physique
Mon adéquation morale
Mes rapports sexuels extrêmes
Si j’étais moins isolé
Moins obnubilé par ma propre personne
Peut-être qu’enfin j’respecterais l’Autre aussi

Je suis né en Occident
Terre promise des Lumières.
Ici, le plus grand fantasme n’est surtout pas celui d’une jeune écolière
Ici, les seuls corps mutilés
Sont ceux des chirurgies
Et des boules refaites
Ici, on ne bat presque pas nos femmes
Ici, nos problèmes restent chez soi
Et c’est très bien comme ça.

Ici, on ne marie pas notre violeur,
On l’aime.

D’un bord ou de l’autre de la planète, on viole l’Autre sans s’en rendre compte.
On se fout des études, des vérités, on veut se convaincre qu’on est bon.
On vit dans une culture du viol qu’on le veuille ou non.
On viole et bafoue la culture de l’Autre avec fascination
Une culture de silence de mononcle et de honte
Et si t’ouvres ta gueule, tu cours le risque d’être rejeté

Ici, on côtoie ces estis de fuckés qui envahissent les radios
Et brandissent leur haine en étant acclamés
Des gens qui tentent de nous faire croire qu’on a besoin de religion pour traiter sa femme comme une sous merde.
Les plus grands malades de l’histoire n’étaient pas arabes, ils étaient blancs.
C’est si facile d’oublier quand tout tourne si vite.
Que hier l’Autre était une tradition, une colonie, un génocide, une guerre de pouvoir, mais surtout une autre de nos justifications.

C’est nous qui avons tout volé.
C’est nous qui haïssons la vie.
C’est nous qui avons ces cœurs saouls de jalousie.

C’est nous qui sommes prétentieux.
C’est nous qui ignorons tout de l’Autre.
On a cherché des dieux parce qu’on ne pouvait pas accepter d’être si petit.

Parce qu’on se craint et la peur est le seul sentiment qu’on a pas appris à refouler.
Parce qu’on se lève chaque matin encore plus fatigué.
Et plus impuissant face à l’Histoire, à notre sang parce que...

C’est nous qui devenons obèses.
C’est nous qui alimentons ce système.
En se sachant tout aussi coupables qu’innocents.

C’est nous qui mourrons dans notre saleté.
Dépenserons frénétiquement tout ce qu’on a volé.
En tentant de trouver du sens
Aussi victimes qu’agresseurs.