Oiseaux de malheur

À matin
J’me suis l’vé fatigué
Épuisé
Il y a longtemps
Que l’on m’a condamné
À errer

Mon destin
Et le tien sont liés
Accrochés
Incertains
Nous verrons nous sauver
Ou sombrer

À ma fenêtre
Il y a mille oiseaux de malheur
Qui chantent en chœur
Dehors, le gris de la pluie
Reflète tous les ennuis
Qui planent sur ma vie

Dans l’miroir
Tranquillement, je m’efface
Sous la glace
Tout est noir
Et dessous la surface
Plus de trace
Désespoir
Dans le ciel, les rapaces
Nous menacent
Et le soir
Reprend toujours sa place
Quoi qu’on fasse

À ma fenêtre
Il y a mille oiseaux de malheur
Qui chantent en chœur
Dehors, le gris de la pluie
Reflète tous les ennuis
Qui planent sur ma vie

Endormi
On ne voit plus les barreaux
Du cachot
De tour à tour
On monte sur l’échafaud
Sans un mot

Mes amis
Il y a du sang au tableau
Vu d’en haut
L’agonie
D’un peuple, ses idéaux
En lambeaux

À ma fenêtre
Il y a mille oiseaux de malheur
Qui chantent en chœur
Dehors, le gris de la pluie
Reflète tous les ennuis

À ma fenêtre
Il y a mille oiseaux de malheur
Qui chantent en chœur
Dehors, le gris de la pluie
Reflète tous les ennuis
Qui planent sur ma vie