Baleine

Le monde en tempête
Se lance en désordre
Des grenades par la tête
La joie se désaccorde

Un bateau à la dérive
Des hommes fuyant la mort
L’espoir porté à bout de bras

Le regard de mille vies
D’une enfant de huit ans
Les yeux clairs et grands
Qui rêve aux baleines

Les clôtures s’érigent
Coupent l’oxygène
Les canons qui grondent
Répandent la haine

Les chaines au cou
Les pieds dans la boue
Résonnent les sirènes