Quand j’y pense

Quand j’y r’pense, c’est débile
J’pense j’vas passer mon tour
Quand j’y r’pense, c’est débile
J’vas passer quelques jours
Loin de la maison, de mes copains
De toute façon, j’en ai pu ben ben
J’les ai brûlés le long du chemin

Pourtant, au début du début, j’me marrais comme un bossu
Et je parlais au p’tit Jésus
On rigolait de toute, on rigolait de rien
Même si je l’avais jamais vu
À l’école sur ma chaise
Dans mon cahier de catéchèse
Je dessinais des gardiens de but
Moi, c’était ça, ma religion
Ça englobait les grandes questions, woah oh

J’pense j’me casse le bicycle
À essayer d’fitter dans l’moule
Ouais, j’pense j’me casse le bicycle
J’devrais quitter la foule
Qui attend en face du magasin
Que les portes ouvrent demain matin
Pour être premier au Boxing Day

J’sais pas trop c’que je vais m’acheter
Mais en tout cas, ça s’ra pas cher
Ça va me faire plus d’affaires
À empiler dans l’salon
Dans le sous-sol, dans l’cabanon
Dans toutes les pièces de la maison

Moé, ça m’fait passer des frissons
De la crinière jusqu’au talon
Quand je déchire le carton
Mais c’est un plaisir éphémère
Nourrir le vers publicitaire

Toujours plus, toujours plus grand
Toujours plus de rendement
Que le trimestre précédent
Même si je ne vois plus mes enfants
Ça fait plaisir au président
Ça rime avec avancement

Pour le temps qu’il nous reste
Avant que le stress
Nous mette sur les médicaments
Aweille, un p’tit effort
Pour une autre montre plaquée or

Quand j’y r’pense, c’est débile
Ça va trop vite pour rien
Hey, quand j’y r’pense, c’est débile
Non mais on serait-tu ben?

On s’rait tu ben? Toute ben relax
Personne qui court après son cash
Une couple de BPM plus vaches