Poussière

On perd souvent nos bumpers
Soit on roule, soit on s’écoeure
On avance plus lent qu’on pense
Quelque chose nous dépasse

Passent les pulsions du corps
Passent vite les faux départs
Passent les jours en jachère
Les amours amères
Sors dehors, on respire mieux

Quand on pourra faire de mon corps
Un collage de poussière
Quand j’aurai habité mon corps
Enfin je saurai quoi faire

Perdre des plumes en automne
Prendre le large en été
À cheval entre deux mondes
Nos coeurs sont des ballons-sondes

Sonder les fonds de nos ventres
Sonder les creux du miroir
Je pleure en alligator
Je m’apitoie sur mon sort
Dehors, on respire mieux

Quand on pourra faire de mon corps
Un collage de poussière
Quand j’aurai habité mon corps
Enfin je saurai quoi faire

Quand on pourra faire de mon corps
Un collage de poussière
Quand j’aurai habité mon corps
Enfin je saurai quoi faire
Enfin je saurai quoi faire
Peut-être je saurai quoi faire