Fuir ses problèmes

J’ai pacté mes boîtes la tête encore un peu brumeuse
Un dimanche au matin (un dimanche au matin)
Accompagné d’ma vie d’clochard
D’un sac à dos pis d’un cigare
Sans crier gare de train (sans crier gare de train)

Bonne Sainte-Anne se plaint du frette sur la banquise
D’la chaleur des humains, capricieuse aux mains grises
L’hiver a pogné pis le vent s’est ramené pour laisser place à l’écho des églises

Fuir ses problèmes comme un bon Québécois
Déchirer l’hymen, l’hymen, l’hymen du repli sur soi
Fuir ses problèmes-blèmes pendant plusieurs années
Atteindre le sommet, sommet d’la culpabilité

J’me suis promené dans mes prières en montant vers le désespoir
Habitué des hauteurs, habitué des hauteurs
Mais quand va venir le mois d’novembre
Quand va falloir que je r’descende
On aura ben beau dire, j’aurai pu rien à dire

Bonne Sainte-Anne se plaint du frette sur la banquise
D’la laideur des humains, capricieuse aux mains grises
L’hiver a pogné pis le vent s’est ramené pour laisser place à l’écho des églises

Fuir ses problèmes comme un bon Québécois
Déchirer l’hymen, l’hymen, l’hymen du repli sur soi
Fuir ses problèmes-blèmes pendant plusieurs années
Atteindre le sommet, sommet d’la culpabilité

Fuir ses problèmes comme un bon Québécois
Déchirer l’hymen du repli sur soi
Fuir ses problèmes pendant plusieurs années