Petite esthète

Ah ah-ah, ah ah-ah
Ah ah-ah, ah ah-ah

Sous un toit ténébreux, dans cet air vicieux
On a fait connaissance dans un lit de malchance
Des cendres sur les draps, des fantômes dans nos bras
Oui, tout était écrit pour que l’on n’y croie pas
La lourde citadelle, polis-la, rends-la plus belle

C’est toi qui les rends belles, stoïque sentinelle
Qui guette nos écarts, nos pensées graves et noires
C’est toi qui la rends belle, la bassesse cruelle
Quand je te dis tout basnon, ne t’arrête pas
Oui, prends-moi sans nuance et ne t’habitue pas à mon absence”

Bébé, hiberne dans mes bras
Ne prends pas froid
C’est toi qui les rends belles, les voix
Qui nous appellent au fond des bois

Rien n’a marché ici, nous étions faits d’avance
Le train que l’on a pris n’allait dans aucun sens
C’est dans cette autre vie qu’on se laisse direje t’aime”
Dans une langue étrangère, pour que personne ne comprenne
C’est dans cette vie-là que la menace est morte au combat

Hiberneras-tu dans mes bras?
Prendras-tu froid?
On va devoir fuir dans les bois
Car la tempête est sous nos toits
Oui, la tempête est sous nos toits