Laurence d’Abitibi

J’ai roulé l’écorce
Dompté l’orignal
Monté sur sa bosse
Rodéo boréal
J’ai conquis La Vérendrye
À dos de ruminant

Laurence d’Abitibi
S’est lancé sur son élan
Traversé les chemins de nuit
Pris d’assaut les moulins à scie

Une autre cigarette
Pour tromper le sommeil
Il faudrait que j’arrête
De fixer le soleil
De foncer le panache baissé
Pour me blesser