Les marées

De retour dans tes bras après si longtemps
Les semaines et les mois devenus des ans
La mer, qui éloigne nos corps, rapproche nos chemins
S’il faut qu’elle nous sépare, qu’elle s’y prenne à deux mains

À chaque fois, c’est pareil, on y croit tout autant
Au pays des merveilles, l’espace d’un moment
Puis, la peur de l’évident nous frappe en plein visage
Et le ressac me ramène au large

Alors, je m’en irai
Comme repartent les marées

Toute seule sur mon rivage, à des milles à la ronde
Je regarde les nuages qui arrivent de ton monde
Épuisés de leur voyage, ici ils s’effondrent
Et sur mon paysage, des parcelles de toi qui tombent

Comme une bouteille à la mer, trouvée sans message
Je sais que tu m’espères, ainsi je reste sage

Alors, je reviendrai
Comme reviennent les marées

Je t’aimerai jusqu’à ce qu’on se lasse
De nos marées hautes, et nos marées basses

De retour dans tes bras après si longtemps