Ton absence

Disposés de même sur un étal
De vieilles reliques d’antan
Une écharpe beige et un pétale
Ressassent les suppliques d’un autre temps

Comme autant de mini-doses létales
Elles devisent, s’entretiennent,
Je les entends
Comme autant de caissons de résonance
Se faire l’écho de ton silence radio

De ton absence
De ton absence
De ton absence

Je songe à enfermer dans une malle
À défaut d’avoir su
Lire le lexique à temps,
Cette mauvaise clique
Avant qu’elle ne s’emballe
La carte du tendre
Ça va mais juste un moment

Quelle inélégance,
Quel scandale
Quand même les choses
Se mettent à causer vraiment
D’épines de roses,
De femmes fatales,
De crotales, d’ecchymoses,
De l’air du temps

De ton absence
De ton absence
De ton absence

Tout est maintenant perdu puisqu’il
Pleut et que tu ne m’aimes plus
Je m’en retourne à ma presqu’île
Pour ne la quitter jamais plus

En ton absence
En ton absence
En ton absence