Je te mange le corps

Journée de larmes entre tes bras
J’ai eu la chance d’être avec toi
Clopin-clopant comme le pic bois
J’ai eu ton cœur sur un plateau

Partant de rien tu m’as construit
Un paysage en champs de riz
Un delta-plane en bandoulière
Et la mer sous mon escalier

J’avais des miettes tu m’as donné
Un beau gâteau en chocolat
J’aimais pas ça le chocolat
Tu m’as donné ton cœur brisé

Et je te mange le corps
Et je te mange le corps
Et je te mange le corps
Et je te mange le corps

Journée pluvieuse entre tes seins
J’ai regardé la voie lactée
Verser sa mousse sur nos dessins
Et mettre à mort notre parade

J’ai bu ton lait j’ai bu ta bouche
J’ai bu ton cœur tout haletant
Je suis parti sur un coup de vent
Et j’t’ai rapporté le printemps

Et je te mange le corps
Et je te mange le corps
Et je te mange le corps
Et je te mange le corps

Douce écolière aux yeux de cendre
Tu me rappelles ma vie d’avant
Celle où du ciel tombait le miel
T’es ma reine, mon abeille blanche

Tu me rappelles des choses étranges
Douce écolière douce amertume
Tu me rappelles ma meilleure vie
Celle où ma mère criait de joie

Et je te mange le corps
Et je te mange le corps
Et je te mange le corps
Et je te mange le corps

Et je te mange le corps

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.