De mon côté

Toute bonne chose a un commencement
J’me l’suis pas dit assez souvent
Si j’commence par la fin
C’est peut-être bien qu’j’ai peur de m’arrêter en chemin

Paraît qu’on devient sage avec le temps
Pour moi, l’horloge s’est arrêtée avant
Si j’ai manqué le bateau qui est passé sous mon nez
Je nagerai dans l’eau de tous les océans pour toucher son quai

Paraît qu’y a juste les fous qui changent pas d’idées
Si je mets les voiles à chaque fois que l’amour se jette sur moi
C’est pas que j’sais pas aimer
Faut juste que je laisse le vent souffler de mon côté

Maman me laissait faire tout ce que je voulais
C’était sa façon de me dire qu’elle m’aimait
Je l’ai souvent dit trop vite en pensant que c’était mieux
Que de ne le vivre jamais

La marée monte comme la mer sur mon âge
Et recouvre tranquillement mon rivage
Je navigue sur une rivière d’encre et en irrigue les pages
Qui creusent les rides sur mon visage

Paraît qu’y a juste les fous qui changent pas d’idées
Si je mets les voiles à chaque fois que l’amour se jette sur moi
C’est pas que j’sais pas aimer
Faut juste que je laisse le vent souffler de mon côté

Et sous les tempêtes de peur
Se tiennent des moments de chaleur
Des p’tits jours de grands bonheurs
Simples et rieurs

Paraît qu’y a juste les fous qui changent pas d’idées
Si je mets les voiles à chaque fois que l’amour se jette sur moi
C’est pas que j’sais pas aimer
Faut juste que je laisse le vent souffler de mon côté

Laisser le temps jouer pour moi

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies qui permettent l’analyse d’audience.